Normandy Biotech au 16ème Journée Européenne de l’AVEF


Normandy Biotech était présent à la 16ème journée européenne AVEF de Roissy (vendredi 18 mars dernier). Le thème de cette journée était :

« Médecine Régénérative chez le cheval : où en est-on ? ».

Toute l’équipe remercie les organisateurs et l’ensemble des participants pour la qualité des présentations et des interactions lors de cet évènement. Nous vous proposons ci-dessous quelques messages clés à retenir de cette journée sur les progrès scientifiques dans la prise en charge des lésions articulaires équines par des cellules souches (CS).

Modes d’action des cellules souches

Le mode d’action des cellules souches fait l’objet d’investigations de plus en plus poussées. On identifie aujourd’hui une combinaison de modes d’action plutôt qu’un mode isolé (S. Laverty) :

• Régénération directe

• Recrutement de CSM endogènes et influence sur les cellules locales

• Secretome

• Contact cellules/cellules


Bénéfices des cellules souches autologues

Parmi les bénéfices des cellules souches, les dernières études viennent confirmer qu’elles diminuent les risques de récidives pour les tendinites, notamment lors d’injections d’au moins 20 millions de CS (M. Schramme).

L’injection de cellules souches autologues diminue également les risques immunitaires et de biosécurité associés aux injections hétérologues. Il existe des rapports non-publiés, de maladies équines transmises suite à l’inoculation de CS allogènes (S. Laverty ; P. Carnat-Gautier).

Progrès dans l’utilisation des cellules souches

Les cellules cryoconservées et injectées après décongélation présentent des propriétés altérées ; une mise en culture d’au moins 48h est conseillée entre la décongélation et l’injection (J.J. Lattaillade).

L’augmentation du ciblage, de l’efficacité et de la stabilité des CS est un enjeu. Dans cette optique l’utilisation de biomatériaux et de peptides est une voie d’investigation (S. Laverty).

L’équipe du Dr Montero-Menei (Inserm U1066) a mis au point une technologie de micro-carriers favorisant la survie des CS et leur différenciation en chondrocytes (photo ci-contre : microsphere recouverte de CS). Cette technologie est aujourd’hui utilisée par Normandy Biotech. Les derniers travaux du Dr Montero-Menei démontrent l’efficacité de cette approche sur l’arthropathie dégénérative murine (abstract disponible ici). Ces résultats sont par ailleurs confirmés par l’étude clinique de Normandy Biotech sur les chevaux.